Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jaimecrire, l'univers de Sébastien Bonmarchand !

Deuxième partie : dans 140 000 ans.

2 Septembre 2008, 15:42pm

Publié par Séb

Mon aventure dans le futur commença comme commencèrent bien des matins : par un mal de caboche apocalyptique.
Il faut dire que des centaines, non des milliards, d'images, d'idées, de sons, de concepts, voulurent pénétrer mon esprit à la meme seconde. Rapidement, l'entonnoir céda et ce magma vigoureux comme un jeune hardeur écarta encore plus les parois de ma boite cranienne pour s'y frayer un chemin terrifiant.

Puis je dus tomber. Du moins, ce fut le noir complet. Je n'eus pas meme le temps de jeter un oeil à mon nouveau siècle.

Après un temps que je ne pus définir, mes yeux s'ouvrirent. Simultanément et sans douleur, comme après une anesthésie générale.
Je n'entendis aucun son particulier, ne perçus aucune saveur, mais je vis tout. Devant, naturellement, mais aussi sur les cotés et... derrière moi. Je dus faire un effort pour ne pas chavirer d'effroi, mais, très vite, une des données enregistrées m'apprit que depuis plus de trente mille ans le génome humain, enrichi par l'apport de certaines cellules sélectionnées dans nos colonies de l'espace, avait développé certaines capacités, comme cette vision à 360°, ou encore la télépathie, la téléportation... et autres gadgets qui, déjà, me donnaient le tournis.

J'étais dans une pièce sans mur, sans plafond, sans sol non plus du reste, mais c'était bien une "pièce", dans le sens où un espace "privatif" était délimité si je regardais vers ce qui ressemblait à....

à quoi ?
Faites des propositions !

Commenter cet article

Casse-bonbec 02/09/2008 21:34

Sympa, j'attendais la suite avec impatience !qui ressemblait à... un globe transparent, dont les contours n'étaient fugacement matérialisés que par des rayons de lumière multicolores...  

Séb 03/09/2008 19:52


Oui c'est très joli, mais ce n'est dans mon style. J'aurais écrit : qui ressemblait à une boule géante, sorte de couille translucide où les étoiles en spermatozoides fulgurants me renvoyaient,
déjà, au microscopisme qui serait, ici aussi, mon quotidien.