Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'univers de Sébastien Bonmarchand !

L'univers de Sébastien Bonmarchand !

Bienvenue ! En un clic, découvrez mes poèmes, contes, nouvelles, pièces de théâtre, essais littéraires... A vos commentaires !


Premières lignes du roman "D'elles en ailes"

Publié par Séb sur 3 Juillet 2008, 12:33pm

Catégories : #roman (enfin... tentative!)

Voici les premières lignes de ce qui était une nouvelle et qui va devenir un roman d'ici quelques temps. J'attends vos coms ! Et ceux qui le désirent, je peux leur envoyer par mail la première partie, afin de recevoir des avis constructifs...

Le juge me demande si j’ai quelque chose à ajouter.

Evidemment ! Evidemment que j’aurais des choses petites, moyennes, grandes, à ajouter, réajuster, dévoiler !... Mais non, je n’en ferai rien car ç’en serait fini de mon espoir de perpétuité. Non, je ne peux pas parler, surtout pas maintenant, moi qui me suis contenté de reconnaître les faits, humblement, et de laisser à mon commis le soin de me faire condamner d’office, lourdement. Rapides témoignages, admirable réquisitoire, satanée plaidoirie, et me voilà. On me demande de parler. Non ! Et puis on me regarderait bizarrement.

Le sourcil droit du juge se dresse un instant et lui fait désigner le banc de la partie civile. Pas un mot pour eux ? Pour cette famille frappée par un malheur apparemment gratuit dont vous seul (qui n’êtes pas irresponsable ! Ah ! Comme tout aurait été plus simple si vous l’aviez été !) oui vous seul ! êtes le responsable ! Pas un mot, vraiment ?

Je devrais moi aussi dresser un sourcil, même en signe d’indifférence. A quoi bon ? De toute manière, le mal est fait. Je devrais. Mais non, rien, je n’en ferai rien. Je prendrais le risque insensé de trop en faire et d’influencer les jurés. Non ! Ne vous apitoyez surtout pas, je suis un enculé de la pire espèce, mon silence vous le dit ! Condamnez-moi !

Oui ? Tiens, une voix. Intérieure. Comme le moteur d’une vieille berline qui viendrait violer le silence d’une campagne oubliée de tous. De plus en plus proche ! Non ! J’ai frémi ! M’ont-ils vu ? Des ombres sortent de la voiture et leurs yeux de cristal se plantent dans les miens tandis que des crocs de hyènes affamées, dix fois plus grosses qu’Hibiscus, font craquer les os de mes jambes et de mes bras ! Non ! Une goutte perle à mon front ! L’ont-ils vue ? Dévoré, je mange la poussière, entouré de ces ombres qui gardent les mains dans le dos. Puis elles me hurlent tandis que mes organes passent de gueule en gueule : « Regarde salopard ! Regarde ce que tu as fait ! » Les ont-ils entendues ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Bravo, Sébastien !Et... bon vent sur les vagues éditoriales!Vous savez ce que je pense de vos écrits, et que... j'y crois ! Comme je crois que... le message d'une bouteille à la mer finit toujours par... trouver son lecteur !Amitiés.Gilles
Répondre
S
<br /> Merci maitre... Votre soutien est pour moi une source intarrissable de motivation... Toujours croire en moi et en mon potentiiel malgré les vents contraires du quotidien qui, inlassablement, me<br /> repoussent vers les rives poussiéreuses et fatales du renoncement, n'est pas une mince affaire !... Donc merci de votre soutien et bonne route à vous aussi!...<br /> <br /> <br />
I
Alors tu vas suivre ton idée d'écrire "D'ailes en ailes" comme tu me l'avais dis en octobre 2006? super!! Tiens, un coup de pouce:     Les éditions Bénévent     publient de nouveaux auteursPour vos envois de manuscrits: Service MTC - 1 rue de Stocklolm - 75008 Paris - Tél: 01 44 70 19 21 - www.editions-benevent.comBonne continuation et bonne chance
Répondre
S
<br /> Merci... mais c'est surtout, comme souvent et malgré le matraquage radio, une édition à compte d'auteur... Donc à moins que tu aies quelque chose comme 3000€ à me filer...<br /> <br /> <br />
C
Bonjour, Ne le prends pas mal mais je trouve le rythme un peu lent. Je me suis un peu ennuyée. Mais bon c'est peut-être à cause de me regard de communicante, on veut tout, tout de suite.
Répondre
A
on est vite captivé! on a envie de savoir la suite!
Répondre
C
très bien... on est très vite happé par cette narration.Vivement la suite !  
Répondre
S
<br /> Dis moi si tu veux que je te l'envoie, la suite.<br /> <br /> <br />

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents