Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jaimecrire, l'univers de Sébastien Bonmarchand !

début de la nouvelle "la clope-abeille"

14 Février 2008, 21:22pm

Publié par Séb

Ce matin-là, je n'étais pas parti travailler. Pas envie. Je n'attendais plus de ce boulot qu'une procédure de licenciement. Marre d'être cerné par des cons binoclards.

Aucune musique dans le labo, des rides penchées au-dessus de matos à trois fois mon salaire, j'ai résisté presque deux ans. Puis, je me suis dit que mon doctorat de chimie moléculaire méritait mieux que ces murs aseptisés. De toute façon, je ne parviens pas à me concentrer sans un Smashing Pumpkins.

Je traînai donc honteusement sous la couette, Siamese Dream passant en boucle. Vers quatorze heures, je me décidai à me lever, grignotai un morceau de pizza froid et passai sous la douche, tandis que mon téléphone, à peine allumé, ne cessait de vibrer. Ils ne comprennent vraiment rien.

 Tout commença lorsque je relevai mon courrier.

Un notaire m'écrivait. Je devais me rendre à son étude au sujet d'un héritage. Surpris, car personne n'avait eu l'idée de mourir récemment, je l'appelai immédiatement et nous prîmes rendez-vous pour le lendemain matin.

Je passai une nuit agitée, l'homme assermenté n'ayant rien voulu me dévoiler par téléphone. Mes parents étaient en bonne santé, j'étais enfant unique et je ne me connaissais guère qu'une famille lointaine en Bretagne, mais qu'irait-elle, au moment de léguer quoique ce soit, penser à ce jeune en culotte courtes qui courait sur les falaises ?

Je tapai le pavé près d'une demi-heure avant l'heure du rendez-vous qui coïncidait avec l'ouverture de l'étude.

Maître Challand me reçut sans ambages. J'héritais, si je le désirais, d'une petite maison à une trentaine de kilomètres de mon domicile. Elle n'avait apparenu à aucune famille connue ou inconnue, non, juste à une vieille dame à qui, lorsque j'étais encore étudiant, j'avais fait pendant quelques semaines la lecture. Ces rencontres avaient cessé lorsqu'était venue l'heure de la maison de retraite. Je ne la vis plus et, je dois l'avouer, elle était sortie, depuis, de ma mémoire.

Maisons-12.gif

Aussi, retrouvai-je cette construction un peu à l'écart du voisinage, au bout d'un chemin de terre entouré de chênes, les gonds du portail qui grinçaient et ces volets verts jamais fermés. Sans m'en rendre réellement compte, j'avais signé les actes que m'avait tendu l'homme de loi et m'était retrouvé sur le troittoir, un trousseau de clefs entre les mains. Je la revis agiter ces morceaux de fer en guise d'aurevoir au moment de monter dans le taxi. Ses yeux bleus se posèrent sur la fenêtre du grenier, avec un air de soulagement, et retombèrent sur ce jeune homme, glabre et maladroit, qui lui avait fait découvrir Verne et Asimov. Entre deux oasis de rock, naturellement.

Dieu que le labo me parut loin.

J'ignorais que m'attendait une aventure qui me ferait presque regretter mes binoclards. 

A SUIVRE...
 
lien vers la suite : http://jaimecrire.over-blog.com/article-16777180.html

Commenter cet article