Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'univers de Sébastien Bonmarchand !

L'univers de Sébastien Bonmarchand !

Bienvenue ! En un clic, découvrez mes poèmes, contes, nouvelles, pièces de théâtre, essais littéraires... A vos commentaires !


Poème autobiographique

Publié par Sébastien Bonmarchand sur 25 Juin 2022, 10:02am

Catégories : #Poésie

La langue de Prévert, Gauvain Sers !

Petit poème du jour pour vous faire un peu plus découvrir le réseau social Panodyssey. Personnellement, j'y crois beaucoup !

 

Autobiographie

 

Quand j’étais petit garçon,

J’appréciais mes leçons

Comme on apprécie

Le chocolat,

Rester au lit

Ou aller au cinéma.

 

Je ne lisais

Que ce qu’il fallait

Quand au collège

La lecture

Et son solfège

Semblaient bien durs.

 

Puis au lycée

J’ai découvert

Sans le demander

Qu’existaient les vers.

 

La poésie

Comme une ouverture

Sur ma vie

A posé sa couverture.

 

Mais autour de moi,

Le désert de Gobi

Étendait sans émoi

Son absence d’amis.

 

Aucun poète

Ne chantait

Et seul dans ma tête

Moi j’écrivais.

 

Puis vint l’université

Et son cortège enrubanné

D’ennui.

 

La nuit,

Comme un automate

J’ai peint mes cantates

Qui fleurait bon

Les auteurs passés

Que je devais étudier.

 

Puis un beau jour,

Foin des bocks et des amours,

Je me suis dit

Que par ici,

Sur ces bancs

Pleins d’étudiants,

Il devait y avoir

Des artistes au désespoir.

 

J’ai donc créé

Une asso pour m’amuser

Et des quatre coins

Des amphis orphelins

Sont venus des pinceaux,

Des plumes et des stylos.

 

Deux ans de franche création,

Au côté de gentils garçons

Et de filles en permission.

Mes mots en pâmoison

Ont découvert

Des roses en hiver :

Oui, on peut créer à plusieurs

Et l’on enrichit nos cœurs !

 

Puis vint le temps maudit

Du travail nécessaire

Pour construire sa vie

Loin des toiles et des vers.

 

L’amour comme une consolation

A frappé à ma porte

Et sur son épaule en bastions

J’ai construit tout ce qui me porte.

 

Puis un beau matin

De mars 2020,

Le monde s’est calfeutré

Et moi j’ai rencontré,

Comme à la descente d’un train,

Un tout nouveau passager

Qui m’a parlé avec entrain

D’une nouvelle odyssée

Appelée Panodyssey :

A toi, à moi, à nous, au destin !

 

Mon association d’autrefois,

Celle qui m’anima tant de fois,

Pouvait enfin renaître :

Ici, il y aurait des poètes,

Des peintres et des penseurs,

Tous ces gens qui sans pudeur

Colorient notre monde

De refrains à la ronde :

Mes mots et mes vers

Contre pinceaux et toiles claires !

 

Panodyssey comme un esquif

Embarque mes alexandrins

Sur les ondes et les gifs

Jusqu’aux lecteurs de demain.

 

Moi qui ne suis qu’un petit garçon

De bientôt quarante horizons

Voyage sans bouée

Là où je n’ai plus pied

Car je me sais entouré

D’artistes et de créateurs

Qui à travers les octets

S’amusent à semer leurs fleurs.

 

https://panodyssey.com/fr

 

 

A vos commentaires et partages !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents