Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'univers de Sébastien Bonmarchand !

L'univers de Sébastien Bonmarchand !

Bienvenue ! En un clic, découvrez mes poèmes, contes, nouvelles, pièces de théâtre, essais littéraires... A vos commentaires !


Comparaison de deux poèmes : du 1er jet au résultat final

Publié par Sébastien Bonmarchand sur 27 Mai 2022, 22:31pm

Catégories : #Poésie

Comparaison de deux poèmes : du 1er jet au résultat final

Nicolas Boileau, dans son Art poétique de 1674, nous livrait ce conseil plein de sagesse : « Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. »

 

Oui, écrire est un métier qui demande un labeur répété et la littérature elle-même revêt une injonction à peine déguisée « Lis tes ratures ».

Quand lire s'apparente, pour le commun, à un loisir souvent oisif, quand il ne s'agit pas, pour d'autres, d'une corvée dictée par l'institution, il peut paraître singulier de rappeler cette évidence : à l'origine de ces mots jetés en pâture à des yeux étrangers et inconnus, il y a un labeur que nulle force extérieure à vous ne vous contraint à accomplir.

Et, pourtant, homme libre, tu t'enchaînes ! Tu t'enchaînes à des vers que tu polis et repoliras toute la nuit, l'émail de ton âme viendra se heurter, s'écailler, à ces musiques qui t'assiègent et qui ne feront rien d'autre que t'abandonner, loqueteux et exsangue, au petit matin, comme la louve se repaît de l'agnelle.

 

Souvent, le texte travaille en moi plusieurs semaines, voire mois, et je le jette, frénétiquement, sur le papier, comme un nouveau-né pressé de voir le grand monde. Le premier jet est relu, retravaillé, rendu compréhensible et par moi et par le lecteur, et peu de temps, quelques jours, sépare sa naissance de sa présentation au monde indifférent.

 

Mais il y a parfois des exceptions, comme ce soir.

 

Je viens d'exhumer de mon disque dur un premier jet de trois strophes que j'avais oubliées. Sans doute des vers écrits au petit matin, griffonnés sur un morceau de rêve et figés sur ordinateur dans l'attente de les débarbouiller, habiller, pomponner – améliorer. Puis la journée a dû prendre le relais, les injonctions, les tâches, le temps, la vie quoi, et ces vers sont restés à l'état larvaire. Ils auront attendu plusieurs mois, dans cette anti-chambre de la création poétique que sont quelques octets sarcophages, puis je les ai retrouvés, polis, retravaillés pour les présenter au monde.

 

Que le monde, dans son indifférence et son silence habituels, reçoive les babillements de ce bébé poétique qui fleure bon et la mer et l'amour.

 

 

 

 

Premier jet :

Sans titre

 

Les amours comme en mer naviguent et mitonnent

Des airs que les marins essaiment aux embruns.

Puis un parfum sans fard s’avance et vous fredonne

Là-haut dans la vigie le mot « Terre ! » en refrain.

 

 

Un sable insoupçonné, un rivage enivré…

Et dans cet œil nouveau où sombrent vos vaisseaux,

C’est l’océan béni qui vous lance un baiser

Comme à un naufragé on balance un radeau.

 

 

A bâbord, sur le pont, à tribord, dans les voiles,

On chante sous la Lune un sonnet aux étoiles

Qui observent blasées les humains se damner.

Et au port ce soir-là on retourne apprêté.


 

Poème final :

Sirènes hurlantes

 

Et nos amours en mer comme nous s’époumonent

Des airs que des Belles susurrent aux embruns.

Puis un parfum sans fard s’avance et nous fredonne

Là-haut dans la vigie le mot « Terre ! » en refrain.

 

 

Un sable insoupçonné, un rivage enivré…

Et dans cet œil nouveau où sombrent nos vaisseaux,

C’est l’océan béni qui nous lance un baiser

Comme à un naufragé on balance un radeau.

 

 

A bâbord, sur le pont, à tribord, dans les voiles,

Nous chantons sur la mer un Ronsard aux étoiles

Qui observent lassées ces humains qui s’enchaînent.

Et au port ces soirs-là hurleront les sirènes.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Les deux sont bien. Mais je dirais que vous pouvez retravailler encore le deuxième. Notamment la liaison entre le 1er vers et le deuxième vers qui ont l'air séparé alors que ce n'était pas le cas dans la première version. Je me demande aussi pourquoi vous avez remplacez "sonnet" par "Ronsard" dans un des vers. Il n'y a pas de raison à mon avis puisque le nombre de pieds est le même. Simple suggestion ! Libre à vous d'en tenir compte ou pas.
Répondre
M
J'aime beaucoup votre style: beaucoup de rythme, rien de superflu. Vous m'avez touchée avec vos mots justes.
Répondre
S
Merci beaucoup !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents